1956 : Pierre Mendès France interdit l’alcool à l’école

une de journal annoncant la fin de l'alcool à l'école en 1956 par Pierre Mendes France

Chocolat chaud, céréales, tartoches… en matière de petit dèj’ chaque maman a sa préférence.

Pourtant dans les années 50, de nombreuses mamans estimaient que pour un vrai petit dej de champion il fallait du pinard !
Et elles n’avaient même pas à fournir le picrate dans le cartable du p’tit : l’éducation nationale s’en chargeait.

C’est qu’à l’époque (pas si lointaine quand on y pense) on estimait que l’alcool permettait de lutter plus efficacement contre les microbes et les virus !
Alors, tous les ch’tits n’enfants avaient le droit de boire jusqu’à 1/2 litre de vin, cidre et/ou bière entre les collations et le repas de midi.

Et puis à la rentrée 1956, fini la binouze à la marelle : le gouvernement interdit purement et simplement la consommation d’alcool pour les enfants de moins de 14 ans. (au delà, ils pouvaient continuer à biberonner relativement peinards)

Alors pourquoi un si brutal revirement ?


portrait de pierre mendes france pour parciparla.frEn Novembre 1954, alors qu’il est Président du Conseil des Ministres Français depuis seulement 5 mois, Pierre Mendès France, s’attèle à la question de la surconsommation d’alcool en France et crée le Haut Comité d’Etude et d’Information sur l’Alcoolisme.
Comité qui met rapidement le doigt sur un problème de taille : la consommation régulière d’alcool et ses conséquences ne touchent pas que les adultes.
Un grand nombre d’enfants sont impactés et les dommages sont bien trop graves pour être ignorés.

Pour Mendès France c’est clair : l’État ne peut cautionner, et encore moins être responsable d’un tel constat.

Alors il réfléchit Mendès France… et il se souvient d’une expérience plutôt probante qu’il a déjà menée par deux fois…

De Décembre 1937 à Mars 1938, alors qu’il était député de l’Eure, il fit distribué à 1141 enfants d’Evreux, 1/3 de litre de lait par jour.
Les pesées et les prises de mensurations qui accompagnèrent les distributions avaient permis de mettre en lumière un meilleur développement staturo-pondéral chez ces enfants.

Plutot fier de lui, il avait alors déposé un projet de loi afin de généraliser la distribution de lait aux enfants de toutes les communes de plus de 500 habitants mais, la seconde guerre mondiale coupa court au projet.

Pourtant Mendès France s’accrocha et remplumer les mômes devint sa marotte !

Alors au sortir de la Guerre, malgré les faibles moyens de la nation, il fit distribuer du lait aux enfants en bas-âge (4-8 ans) et seulement aux périodes de temps froid.
Malgré la restriction, l’effet fut bénéfique.

Pierre Mendes France en est donc de plus en plus convaincu : le lait c’est bon pour les enfants.

portrait de raymond paumier pour parciparla.fr dédié au verre de lait de Mendes FranceEn 1951, il profite des travaux de Raymond Paumier (créateur des cantines scolaires et de la Protection Maternelle et Infantile) sur la nutrition des enfants à l’internat de la Roseraie de Montgeron pour intégrer la consommation de lait dans le menu « obligatoire » des pensionnaires.
Un rapport de Mars 1956 du comité consultatif national d’hygiène scolaire et universitaire estime que « l’expérience de Montgeron » est « très spectaculaire et probante ».

Fort de cette évaluation qui vient renforcer sa conviction personnelle, Pierre Mendès France organise la riposte pour éradiquer l’alcoolisme infantile :

Il commence par promulguer une circulaire adoptée par le ministère de l’Education Nationale pour la rentrée scolaire 1956, interdisant purement et simplement de servir toute boisson alcoolisée dans les écoles aux enfants de moins de 14 ans.
Au delà de cet âge, les enfants pouvaient — avec l’accord de leurs parents — continuer à siroter à la cantoche « des boissons ne titrant pas plus de trois degrés d’alcool […] pas plus d’un huitième de litre de vin coupé d’eau par élève ».

Pour bien enfoncer le clou, il couple sa décision drastique avec une grande campagne de propagande : « pour être studieux, forts et vigoureux, buvez du lait ! » et remplace le p’tit verre de gnole par un verre de lait accompagné d’un morceau de sucre à l’heure de la récréation.

D’un point de vue sanitaire, évidemment, l’idée est loin d’être mauvaise, pourtant Mendès France s’en est pris plein les gencives avec son histoire de lait !

– D’abord, politiquement :
Ancien élu de Normandie, proche des producteurs terriens, il fut accusé d’électoralisme par ses détracteurs qui présentèrent cette mesure comme un cadeau fait aux producteurs de lait.

– Ensuite socialement :
La décision d’Aout 1956 de supprimer l’alcool pour les enfants de moins de 14 ans, n’est pas bien passée du tout au près des familles elles-même !
Certaines refusant même complètement la démarche, il n’était pas rare de voir des enfants arriver déjà pinté à l’école car leurs parents leur avait donné leur « ration quotidienne d’alcool » dès le petit déjeuner !

Mais petit à petit, les moeurs évoluèrent… et on s’en félicite !

Finissons toutefois en précisant que, bien qu’elle n’avait déjà plus vraiment cours depuis un moment, la consommation d’alcool dans les établissements scolaires pour les 14 ans et plus ne fut définitivement interdite qu’avec une circulaire datant du 03 Septembre 1981 : « l’eau est la seule boisson hygiénique recommandable à table […] Dans les cantines et les restaurants scolaires, il n’est servi aucune boisson alcoolisée, même coupée d’eau ».

Sources: France Info – « A votre Santé ! Education et Santé sous la IVème république », D.Nourrisson – Ina.fr – Web Divers

Une autre anecdote ?

ecorché de fragonnard pour illustrer l'article #PCPL dédié aux tanneries de peau humains sous la révoltuition francaise

Tanneries de Peau Humaine sous la Révolution : le cuir c’est chic !

En bon(ne)s habitué(e)s de PCPL que vous êtes, vous commencez à le savoir, la Révolution ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *